Bénéficiez de conseils juridiques, techniques ou fiscaux et de la réactivité d’une équipe de professionnels de la gestion
29 Oct

La vente de votre maison à Nîmes intéressera sûrement un Francilien !

Assiste-t-on à un exode urbain ? Les Franciliens sont de plus en plus nombreux à chercher à s’installer en province ! Si vous avez une maison à vendre à Nîmes, cela tombe bien : elle intéressera peut-être un Francilien en mal d’espace !

« L’exode urbain des Franciliens semble s’amorcer, explique Séverine Amate, Porte-Parole chez SeLoger. En effet, 1 Francilien sur 4 veut acheter en province d’après la « prise de pouls » réalisée en septembre dernier par SeLoger. Même si l’exode ne concerne pas l’ensemble des Franciliens, cette part minoritaire de futurs acquéreurs habitants actuellement en Île-de-France et ayant un projet de résidence principale en province gagne du terrain depuis février. En volume, cela représente des centaines de familles qui pourraient quitter l’IDF pour tenter une nouvelle aventure en Province. »

Comment expliquer cet exode ?
Découragés par le niveau des prix immobiliers parisiens et en Île-de-France, voire dans l’incapacité d’acheter (comme c’est le cas de nombreux primo-accédants qu’a incontestablement pénalisés le durcissement des conditions d’octroi des crédits immobiliers), de plus en plus de Franciliens élargissent désormais le périmètre de leur recherche immobilière et envisagent de s’installer en province.
On ne peut s’empêcher de penser que le confinement a laissé des traces… En effet, la banalisation du télétravail et les envies de nature des Franciliens semblent booster l’attractivité des territoires.

Plus d’espace …
S’ils sont chaque jour plus nombreux à tourner le dos à Paris et, plus globalement, à l’Île-de-France, c’est pour profiter de prix au m² plus accessible, augmenter leur surface à vivre, assouvir leurs besoins de nature, prospecter des marchés immobiliers locaux moins tendus et s’offrir la possibilité de décrocher le Graal : une terrasse, un balcon et/ou un jardin.

Bon à savoir : les Franciliens, qui désirent s’installer en province, rêvent d’une maison pour 38 % d’entre eux. 24 % recherchent un appartement et 36 % n’ont pas encore fait leur choix.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée