Bénéficiez de conseils juridiques, techniques ou fiscaux et de la réactivité d’une équipe de professionnels de la gestion
27 oct

Votre agence immobilière de Nîmes vous conseille de fermer votre porte aux escrocs !

AdobeStock_99726818

Un courtier en crédit immobilier sonne à votre porte ? Il se présente avec une offre fabuleuse pour vous permettre d’emprunter une somme rondelette, de quoi acheter le bien immobilier de vos rêves, à un taux imbattable ? Un conseil : refermez tout de suite votre porte. C’est un escroc ! Votre agence immobilière de Nîmes vous explique pourquoi.

Pour commencer, c’est tout simple : aucun courtier en crédit ne propose un taux sans avoir étudié le dossier. C’est le B.A.BA du métier ! Autre chose que vous devez savoir : malheureusement, l’activité florissante de courtiers en crédit immobilier attire en ce moment de plus en plus d’escrocs. Ils se font passer pour des courtiers en prêts pour profiter de la situation et arnaquer les particuliers. Leur méthode ? Ils font miroiter à leurs victimes de substantielles économies, en leur proposant l’éco-PTZ, et ils obtiennent ainsi leur la confiance.

Un courtier en crédit s’est présenté chez vous ?
Plusieurs éléments doivent vous alerter. Il existe en effet des procédures qui doivent être respectées. Ce courtier, s’il est bien la personne qu’il prétend être, doit vous fournir son numéro ORIAS. L’inscription sur ce registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, qui dénombre les personnes physiques ou morales autorisées à exercer l’activité d’intermédiation en France, est obligatoire. Aucun moyen de s’y soustraire ou d’y échapper. Vous voulez vérifier l’identité de ce courtier qui, tout sourire, tente de vous fourguer n’importe quoi ? Rendez-vous sur le site de l’ORIAS. Toutes les informations y sont accessibles. Vous verrez tout de suite si cette personne est en activité, radiée ou inexistante. Et qu’elle ne vous raconte pas d’histoire : si vous ne trouvez pas trace d’elle. Virez-la sur-le-champ !

Autre élément qui doit éveiller votre méfiance : un courtier en crédit n’a pas à avoir le RIB du client ni ne peut lui demander de recevoir les sommes prêtées par l’établissement bancaire.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée