Bénéficiez de conseils juridiques, techniques ou fiscaux et de la réactivité d’une équipe de professionnels de la gestion
23 déc

Comment vendrez-vous votre maison à Nîmes en 2018 ?

09©-lefebvre_jonathan-copy

Si vous avez une maison à vendre à Nîmes, qu’attendez-vous ? Cette année a été exceptionnelle. Les volumes de ventes de logements dépassent largement les niveaux de la « période haute » de 1999-2007. Alors qu’en sera-t-il de 2018 ?

La demande ralentit alors que les taux de crédit restent très attractifs. On peut aujourd’hui emprunter en moyenne à 1,40 % sur 15 ans, 1,60 % sur 20 ans et 1,80 % sur 25 ans. Finalement, avec les récentes baisses, les taux de crédit n’ont augmenté que de 0,05% par rapport à janvier 2017 (1,55%) et de 0,20 % depuis le point le plus bas de novembre 2016 (1,40%). Et, pourtant, les acheteurs sont plus méfiants !

La raison ? Hausse des prix, hausse des taux, le pouvoir d’achat immobilier est en baisse. Confrontés à cette conjoncture plus défavorable, les ménages les plus modestes, notamment les primo-accédants, sont désolvabilisés. Ils repoussent leurs projets immobiliers, leur endettement étant en hausse. Sans compter que les récentes annonces du gouvernement, sur le PTZ, les APL Accession… n’ont pas été pour les rassurer. Le gouvernement a, malgré lui, renvoyé un message négatif aux emprunteurs, moins enclins à lancer leurs projets immobiliers, par peur de l’avenir. D’ailleurs, dans la dernière étude IFOP que Cafpi a commandée, presque 50% des Français considèrent que nous sommes encore en pleine crise. Ils ne sont que 34% à penser qu’il est facile d’acheter actuellement un logement, contre 40% en mars dernier. Et l’indicateur synthétique de confiance des ménages de l’INSEE exprime bien le décrochage de cette confiance depuis le milieu de l’année.

Conséquence, le mois de décembre s’annonce dans la continuité du 2e semestre 2017, c’est-à-dire atone, décevant… Espérons que 2018 changera cela : en décembre, de nombreuses banques ont procédé à des baisses de taux, car les crédits demandés maintenant ne seront débloqués qu’en 2018. De quoi booster le marché ! En effet, elles cherchent désormais à être attractives en cette fin d’année pour commencer la prochaine dans les meilleures conditions et surtout dans un contexte probablement moins favorable qu’en 2017.

O.D. / Bazikpress © lefebvre_jonathan

 

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée